Entrepreneuriat

Je me lance dans l’entrepreunariat !

28 février 2020
entrepreneuriat-working girl-girl boss-entrepreneuse-strasbourg

« Quand j’aurai 30 ans, j’aurai ma propre entreprise ! » Je m’en étais convaincue depuis que j’avais passé mon bac. Entreprendre, créer quelque chose à moi, qui me correspond, un projet dans lequel m’épanouir, trouver un sens. Un rêve.

Et pourtant, quand j’ai eu 30 ans en août dernier, je n’avais toujours pas lancé mon activité. Lancer quoi ? Dans quoi ? Ne vais-je pas m’en lasser ? Les tendances ne vont-elles pas changer ? Vais-je réussir à le concilier avec mon emploi de juriste ? Quel diplôme faut-il ? N’est-ce pas un caprice ?

Autant de questions qui m’ont freiné dans bien des idées et des élans de créativité. Jusqu’au jour où, à peine quelques semaines après mon mariage, tout se met en place, tout devient évident.

Qu’est-ce que j’aime faire quand je rentre chez moi en fin de journée ? Quels sont les livres qui remplissent mes étagères ? A quel sujet mes amis et ma famille me questionnent-ils le plus souvent ?

Toutes ces questions ont la même réponse : la cuisine ! C’était bien dans ce domaine qu’il fallait que je creuse l’idée. Puisque c’était mon petit plaisir du quotidien.

Pour autant, je ne voulais pas ouvrir de restaurant. Je suis loin d’avoir les compétences, le budget, et l’envie tout simplement. Une pâtisserie ? Cela me parlait déjà un peu plus. Mais pas toutes les pâtisseries. Je suis un bec sucré, mais une gourmande compliquée. Plus biscuits secs et moelleux qu’entremets mousseux et crémeux. A vrai dire, quand j’avais envie d’un gâteau, j’ai n’ai bien souvent envie que d’une seule chose. Mais je ne vous en dis pas plus pour l’instant.

Tout doit encore se mettre concrètement en place. Le concept ne doit pas s’essouffler en quelques semaines. Il faut qu’il puisse durer dans le temps. Passer un vrai message. Refléter mes valeurs.

Juriste salariée, il doit être conciliable avec mon emploi du temps professionnel. Ne pas supposer trop de frais dès de départ. Ne pas mettre en danger mon cocon familial. Bref beaucoup de critères et encore bon nombre d’interrogations. Mais si, après plusieurs semaines de réflexion, tout commence à se mettre doucement en place.

Je n’en suis qu’au tout début. L’idée est seulement posée. Les premiers contacts démarrent uniquement. Mais je sais que j’ai une jolie histoire à écrire. Une aventure à vivre avec moi-même.

Le parcours de toutes ces femmes entrepreneuses – que je lis dans mes magazines, que j’écoute dans mes podcasts, que je découvre en reportage – me rend si admirative. Ces femmes qui ont cru en leur rêve. Sans rêver de devenir leurs égales, j’ai envie de vivre cette expérience à mon petit niveau.

Alors voilà, je me lance. On verra jusqu’où cette aventure me porte. Beaucoup d’idées, de doutes, mais une furieuse envie d’entreprendre !

La décision prise, quelles sont maintenant les premières et prochaines étapes :

  • L’image de marque en cours de production (un extrait du moodboard de la graphiste avec qui je collabore, Marie Babeau, illustre d’ailleurs ce post, inspirée de mes pin’ Pinterest).
  • Je suis en attente d’une réponse d’une formation.
  • J’ai rédigé les statuts de ma future société. Il me reste maintenant à tout signer et déposer le dossier à la CCI.
  • Mon nom de domaine est encore à réserver.
  • Ma marque doit être déposée.

Et encore beaucoup d’autres étapes. Dont j’aimerai vous faire part ici. Echanger avec d’autres entrepreneurs qui sont passés par toutes ces étapes. Avec des futurs créateurs de projets qui se posent les mêmes questions que moi. Et tout simplement, avec tous ceux qui s’intéresseront à ce projet.

A très vite pour la suite (du début !) de l’aventure…

2 Commentaires

  • Reply Elisabeth 29 février 2020 at 06:49

    C’est vraiment génial!! J’ai hâte de découvrir tout cela!

    • Reply Camille Muller 1 mars 2020 at 09:38

      Merci Elisabeth :) Oui je suis très enthousiaste à l’idée de me lancer dans ce nouveau projet qui me tient à coeur. J’ai hâte de vous en dire plus !!

    Laissez un commentaire